20.3 C
Genève

Au Conseil de sécurité, António Guterres dénonce une régression des droits des femmes dans de nombreux pays

Published:

L’égalité des sexes offre une voie vers une paix durable et la prévention des conflits mais « nous nous dirigeons dans la direction opposée », a regretté le Secrétaire général de l’ONU ce mercredi au Conseil de sécurité.

M. Guterres a remarqué que les femmes et les filles étaient touchées de manière disproportionnée par la violence et les impacts socioéconomiques des conflits armés, et que face aux troubles politiques et aux prises de pouvoir par la force dans le monde, les progrès en matière d’égalité de genre étaient en recul.

Le chef de l’ONU s’est notamment inquiété d’un « écart béant » entre les engagements des nations, et la réalité vécue par les femmes en temps de guerre, et a dressé un sombre tableau de la situation, conflit par conflit.

« En Afghanistan, les Talibans ont nommé un gouvernement d’hommes, fermé les écoles de filles, interdit aux femmes de montrer leur visage en public et restreint leur droit de sortir de chez elles. Près de 20 millions de femmes et de filles afghanes sont réduites au silence », a-t-il dit.

Au Myanmar, où une grande partie des organisations de femmes ont été contraintes de fermer leurs portes depuis le coup d’État militaire, des bureaux ont été perquisitionnés et saccagés, des militants ont été arrêtés. « Beaucoup ont fui le pays. Les femmes ne peuvent pas s’exprimer ouvertement et n’ont aucune voie vers la participation politique », a rapporté M. Guterres, tandis qu’au Mali, « les femmes s’appauvrissent et se marginalisent de plus en plus à mesure que le pays subit des coups d’État militaires successifs, et les extrémistes représentent une menace encore plus grande ».  

Dans ces conflits, ce sont les hommes qui sont au pouvoir et les femmes qui sont exclues, avec leurs droits et leurs libertés délibérément ciblés, a poursuivi le chef de l’ONU, qui a dénoncé « les déséquilibres de pouvoir » et « le patriarcat ».  

Régressions au Soudan, violences sexuelles en Ukraine

En Ukraine, « l’invasion russe a contraint des millions de femmes et d’enfants à fuir leur pays du jour au lendemain, les exposant au risque de trafic et d’exploitation de toutes sortes », alors que le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a reçu 124 rapports de violences sexuelles liées à ce conflit, la plupart commises contre des femmes et des filles.

« Et nous savons que pour chaque femme qui signale ces crimes horribles, il y en a probablement beaucoup d’autres qui sont tenues au silence », a déploré le Secrétaire général. 

Une mère et son fils attendent d'être évacués de la ville assiégée de Mikolayiv, en Ukraine. © IMFUne mère et son fils attendent d’être évacués de la ville assiégée de Mikolayiv, en Ukraine.

Au Soudan, deux ans après la célébration du rôle des femmes dans la révolution, un nouveau coup d’État a interrompu la transition, anéanti leurs espoirs. Là aussi, « les auteurs présumés de violations des droits de l’homme restent au pouvoir, les réformes essentielles sont retardées et la violence à l’égard des femmes se poursuit ». 

Autre mauvaise tendance dans le monde relevée par M. Guterres : le cas de millions de filles non scolarisées et sans perspective de formation, d’emploi ou d’indépendance financière, et un nombre croissant de femmes et de filles victimes de violences domestiques.

Le Secrétaire général s’est inquiété d’une « récente désaffection pour les politiques inclusives » dans monde, montrant selon lui, « une fois de plus », que « la misogynie et l’autoritarisme se renforcent mutuellement, et sapent l’établissement de sociétés stables et prospères ».  

Le salut passe par les organisations régionales et la participation des femmes au règlement des conflits

En Afrique occidentale et centrale, l’ONU travaille en étroite collaboration avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) afin de garantir la participation des femmes à la médiation des conflits. 

La participation des femmes aux activités de médiation des conflits est essentielle pour y mettre fin, a rappelé M. Guterres. « Leurs analyses sont indispensables pour comprendre la dynamique des conflits et élaborer des stratégies efficaces de prévention et d’intervention ».

Des études montrent également que la participation active des femmes à la consolidation de la paix augmente les chances de parvenir à une paix durable. 

Cependant, malgré une efficacité qui n’est plus à prouver, le programme de l’ONU pour les femmes et la paix et la sécurité continue d’être contesté – et même de subir des revers – à travers le monde, a déploré M. Guterres, qui a demandé aux membres du Conseil et à tous les États Membres de « réfléchir aux causes de cette tendance ».

« Nous voilà revenus des décennies en arrière »

La Directrice générale d’ONU Femmes, Sima Bahous, a durant cette même séance souligné l’impact des conflits sur les femmes et les filles, qui s’étend de la perturbation de leur l’éducation aux mariages précoces, en passant par les violences sexuelles et sexistes, l’insécurité alimentaire, le manque de moyens de subsistance ainsi que l’accès au logement, à l’eau et l’assainissement et à la dignité.

« Nous voilà revenus des décennies en arrière », a-t-elle déclaré.

Mme Bahous a rappelé au Conseil les accords qu’il a conclus, par le biais de la résolution 1325, pour protéger les femmes et les filles durant les conflits, et pour faire en sorte que les femmes soient au cœur du rétablissement et du maintien de la paix.

Malgré de nombreux progrès institutionnels, presque chaque fois qu’il y a des négociations politiques, des pourparlers de paix, on se demande où sont les femmes, a-t-elle martelé devant les Etats membres du Conseil.

« La raison est simplement que nous n’avons pas respecté nos engagements, a déclaré Mme Bahous. Veillez à ce que les femmes soient présentes. A part entière. Avec leurs propres expériences. Avec leurs propres connaissances, et leur propre vision de l’avenir », a-t-elle souligné.


consulter la source

Articles récents

spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Sélection de la rédaction

spot_imgspot_imgspot_imgspot_img