7.1 C
Genève

Face à une « triple crise », l’ONU active 22,9 millions de dollars de son Fonds pour les ODD 

Published:

Le Fonds commun des Nations Unies pour les objectifs de développement durable (ODD) a activé une modalité d’urgence de développement pour répondre aux trois crises alimentaire, énergétique et financière mondiales en cours. 

La guerre en Ukraine a déclenché une crise tridimensionnelle qui produit des effets en cascade alarmants sur une économie mondiale déjà mise à mal par la COVID-19 et le changement climatique. 

« La rapidité et la nature interconnectée de ces effets appellent une réponse rapide du système de développement des Nations Unies pour aider les pays à faire face aux impacts socio-économiques, tout en renforçant davantage les arguments en faveur d’une transition plus rapide vers les énergies renouvelables, la diversification économique, les transformations numériques et les denrées alimentaires de base, accélérant ainsi les progrès vers les ODD », a déclaré l’Organisation dans un communiqué ce lundi. 

Le Cabo Verde est confronté à des niveaux records d'insécurité alimentaire en raison de la sécheresse, du COVID-19 et de la crise en Ukraine.

WFP/Richard Mbouet

Le Cabo Verde est confronté à des niveaux records d’insécurité alimentaire en raison de la sécheresse, du COVID-19 et de la crise en Ukraine.

« Les équipes de pays de l’ONU utilisent la modalité d’urgence de développement du Fonds conjoint pour les ODD pour aider les gouvernements à concevoir des interventions stratégiques pour faire face à la crise multidimensionnelle dans les domaines de l’alimentation, de l’énergie et de la finance, et accélérer la transformation des systèmes alimentaires », a remarqué la Vice-Secrétaire générale de l’ONU Amina Mohammed lors de la réunion du Conseil économique et social (ECOSOC) sur la transition de l’aide au développement. 

Apporter une réponse rapide 

Le Fonds commun pour les ODD a activé une enveloppe de 22,9 millions de dollars, sous la direction du Groupe de réponse aux crises mondiales (GCRG) des Nations Unies, pour soutenir 87 équipes de pays des Nations Unies couvrant plus de 100 pays et territoires, en réponse à la crise mondiale sur l’alimentation, l’énergie et les finances. 

Grâce à ce processus, le Fonds a reçu 83 propositions conjointes, demandant jusqu’à 250.000 dollars par équipe de pays des Nations Unies, et 400.000 dollars par bureau multi-pays. 

Des femmes travaillent dans une ferme coopérative en Zambie.

© OIT/ Marcel Crozet

Des femmes travaillent dans une ferme coopérative en Zambie.

A ce jour, le Fonds a distribué 16,6 millions de dollars à 63 équipes nationales des Nations Unies.  

Dans ses investissements rapides, le Fonds soutient les équipes de pays des Nations Unies sous la direction des coordinateurs résidents. Il s’agit de permettre à ces équipes d’agir rapidement, pour générer des analyses autour de la crise, ainsi que travailler avec les gouvernements et les partenaires pour identifier et mettre en œuvre des actions préventives.

Financement axé sur la demande

La modalité d’urgence de développement offre un moyen rapide pour les donateurs et les partenaires de développement de contribuer à un financement axé sur la demande pour une réponse coordonnée de l’ONU, durant une période de six mois, pour faire face à cette triple crise. 

L’ONU a par ailleurs remercié le gouvernement allemand pour son engagement envers le Fonds commun pour les ODD et la réforme des Nations Unies, ayant été le premier à contribuer.

« Nous sommes impressionnés par la rapidité des décaissements de la modalité d’urgence pour le développement et par la large intégration de nombreuses agences différentes dans cette entreprise ambitieuse », a noté Bärbel Kofler, la Secrétaire d’État parlementaire du ministère allemand de la Coopération au développement, lors de sa rencontre avec la direction du Fonds commun pour les ODD en marge du Forum politique de haut niveau.

« Nous sommes fiers de contribuer à la modalité d’urgence à hauteur de 2,7 millions de dollars supplémentaires de l’Allemagne, destinés à soutenir la sécurité alimentaire », a-t-elle déclaré.

Instabilités sociales et politiques

« Le marché actuel réduit la capacité des pays à accéder aux aliments de base. Si l’on n’y remédie pas, cela déclenchera des instabilités sociales et politiques plus larges », lit-on dans le communiqué de ce lundi, qui note que les interventions fourniront un soutien pour faire face à l’insécurité alimentaire immédiate et aux impacts nutritionnels, ainsi que des solutions de financement à plus long terme pour des systèmes alimentaires résilients. 

« L’augmentation des prix de l’énergie affectant les plus vulnérables, les interventions amélioreront l’accès à une énergie abordable, réduisant ainsi l’impact de la flambée des prix et la dépendance aux combustibles fossiles », selon l’ONU. 

La volatilité accrue des marchés financiers fait peser de graves menaces sur les pays en développement. La flambée de l’inflation, le chômage, la perturbation des chaînes de valeur et les pressions monétaires sur les monnaies locales lors de crises humanitaires récurrentes creusent les inégalités.  

La modalité d’urgence de développement du Fonds commun pour les ODD permet une réponse rapide et collective du système de développement repositionné de l’ONU pour aider à empêcher un « nouveau déraillement » des progrès vers les ODD dans les pays vulnérables à travers le monde.  

Articles récents

spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Sélection de la rédaction

spot_imgspot_imgspot_imgspot_img